Développer, à partir de ce qui est, de ce qui vit, de ce que les gens savent et de ce qu'ils veulent ; sans abîmer ni notre culture, ni notre nature.

 

"Ce récit a deux sources, celle du puits de la ferme de mon père et celle du ruisseau d'un vieux royaume Mossi. De retour d'un séjour découverte au Burkina Faso avec l’ONG Afdi Pays de la Loire, en janvier 2017, alors que j'ai découvert l'histoire de la construction du barrage de Laaba, nait le désir de raconter. Il est des histoires qui font sens et dont le colportage peut semer des graines d'espérance. En 2020, l’opportunité m'est offerte par l'Afdi 49 de créer un spectacle à l'occasion des 40 ans de l'association régionale. J'écris. Relisant d'une part le récit de vie de mon père Georges - paysan français mort en novembre 2015 des suites de la maladie de Parkinson - ; mes notes de voyage et le livre de Gérard Caillaud / Gilbert Métivier d'autre part, je choisis de raconter la richesse des relations de paysan à paysan et la force de la solidarité et de l'entraide, sur fond de difficultés structurelles et politiques du monde agricole. C'est un "je" qui parle. Le texte donne à entendre ma tendresse pour les paysans, mon inquiétude pour leur avenir et mon espoir de résilience. Je suis accompagnée au balafon par Pierre Charrier, qui a composé la musique, pour offrir une vision singulière et sensible de la réussite du projet du barrage à Laaba." Annick Cesbron

 

 

Distribution :

Ecriture et lecture, Annick Cesbron

Composition musicale et interprétation au balafon et au cajon, Pierre Charrier

Régie générale : Patrice Guédon

 

Prise de vue et réalisation : Pascal Xicluna